l'architecture et le bois

Renouvelable, disponible localement, neutre en CO², source d’entretien du paysage, créateur d’emplois, le bois est une ressource contribuant à répondre aux défis énergétiques du XXI ème siècle.

> les coûts

La construction en bois permet de réaliser des économies : Certaines ne sont pas en rapport direct avec le bois. Les coûts des fondations, par exemple, peuvent être réduits en raison du faible poids propre d'un bâtiment en bois, plus particulièrement sur les terrains en pente ou de mauvaise qualité. Dans le cas d'extensions ou de surélévations, par sa légèreté, le bois peut offrir des solutions particulièrement avantageuses.

> une mise en œuvre plus courte

La préfabrication réduit les délais de construction de 30%. Un planning de chantier resserré permet de réaliser des économies sur les frais financiers et sur les frais annexes. Il convient de faire une distinction entre l'investissement de départ et le coût global (travaux, maintenance, consommation & fiscalité).

> le bois et le développement durable

Pendant sa croissance en forêt, le bois est un "puits de carbone" : par le phénomène de photosynthèse, il absorbe le CO² et produit de l’oxygène. Une fois coupé, dans le cadre d’une gestion durable des forêts (certifications PEFC & FSC), il stocke le gaz carbonique durant toute sa période d’utilisation. En fin de vie, sa valorisation en ressource énergétique ou son réemploi font du bois une excellente réponse aux enjeux environnementaux.

> le bois est un matériau renouvelable

Contrairement à l’idée reçue selon laquelle utiliser le bois contribue à la destruction des forêts, le développement de l’utilisation du bois permet de développer durablement les surfaces forestières. Donner une valeur marchande et développer une valorisation du bois est un gage de développement de la forêt. En Europe, la forêt se développe et le prélèvement de bois reste inférieur à sa production biologique. Utiliser du bois, et encore plus s’il est certifié, fait du bien à nos forêts.

> le bois est économe en énergie

Pour sa transformation, le bois exige peu d’énergie. De tous les matériaux de structure, le bois est celui dont le contenu en énergie grise est le plus faible : il est par exemple plus de 100 fois inférieur à celui de l’aluminium.

> pourquoi le bois

La construction bois connaît une progression régulière depuis des années. Le marché de la maison bois représente environ 5% des constructions neuves et, malgré la crise qui touche le secteur de la construction, la demande en maison individuelle ne diminue pas. "L’effet bois" est antérieur au Grenelle de l’environnement et se traduit par une demande de plus en plus forte. En construction publique, le bois représente 20% des bâtiments culturels : De plus en plus de maîtres d’ouvrages publics imposent le matériau bois dans leur programme de logements collectifs.

> longévité

Un bâtiment à base de bois bien conçu peut durer des générations ! Le bois est un matériau naturel et biodégradable. Il est durable comme le prouvent les structures en bois parfaitement intactes retrouvées dans des tombeaux égyptiens vieux de plus de 3 500 ans. Pour simplifier, il est possible d'affirmer que le bois est pratiquement éternel pour autant qu'il ait été séché et maintenu à l'abri de l'humidité. De nombreux bâtiments bois parfaitement conservés, datant de plusieurs centaines d'années, apportent la preuve de l'excellente longévité de la construction en bois. C'est la qualité de la conception et le soin apporté à l'exécution qui déterminent la longévité d'un ouvrage.

> une bonne ventilation

Le confort est décisif pour le bien-être des occupants. En été, la chaleur doit rester à l'extérieur tandis qu'en hiver, elle doit rester à l'intérieur. Pour offrir une sensation de confort, un bâtiment doit avant tout être étanche à l’air. C'est le cas des bâtiments bois de conception récente.

> des bâtiments qui respirent

Grâce à leurs excellentes performances en matière d'isolation thermique, ces constructions assurent un confort optimal en toutes saisons et répondent facilement aux critères exigés aujourd’hui par les nouvelles règles issues du Grenelle de l’Environnement (octobre 2007). Les parois constituées de matériaux organiques contribuent de manière décisive à obtenir un climat d'habitation confortable, grâce à leur capacité à absorber et à restituer l'humidité de l'air ambiant.